Portée par une nouvelle génération d’innovateurs et d’entrepreneurs européens, la grande finale du Hello Tomorrow Challenge s’est déroulée vendredi 18 Avril à la cité des Sciences et de l’Industrie (Paris). Retour sur cet event auquel nous étions présents.

Le Hello Tomorrow Challenge (HTC) a vu sa grande finale récompenser d’un grand prix de 100 000 € la startup suisse G-Therapeutics (biotech), qui développe une technologie permettant aux personnes atteintes de handicap moteur de marcher à nouveau.

Ouverte en décembre 2013, cette compétition à but non-lucratif a pour objectif de promouvoir l’innovation de rupture en Europe et de mettre en lumière les jeunes talents (< 35 ans) qui entreprennent pour répondre aux problèmes d’aujourd’hui. En deux mois, cette compétition a recueilli 1 200 candidatures de plus de soixante pays. Les vingt-cinq projets demi-finalistes (cinq par catégorie : biotech, robotique, énergie, télécommunications, big data) se répartissent en treize pays. Signe de la vitalité de son écosystème de startups, neuf projets venaient de France. Les lauréats des quatre autres prix, dotés de 15 000 € chacun, sont la startup suisse Gimball (robotique), qui développe un drone volant inspiré des insectes pouvant heurter les obstacles et continuer à voler sans dommage ; la startup française Watch Live ElectroChemistry (énergie), qui conçoit un microscope dédié à l’étude des réactions électrochimiques, encore mal comprises par les scientifiques ; la startup britannique Carbon Analytics (big data), à l’origine d’un outil permettant d’estimer et de suivre les émissions de CO2 des entreprises et de leurs fournisseurs ; une autre startup française, StreamRoot (télécommunications), dont le but est de réduire drastiquement les délais d’attente rencontrés dans la consommation de vidéos en streaming.

Appelée “First Day of Tomorrow”, la grande finale du HTC était organisée vendredi 18 avril à la Cité des Sciences et de l’Industrie (Paris). Cet événement a réuni 1 400 participants de toutes disciplines, dont la moitié d’étrangers. Grâce à 52 speakers internationaux et à travers plus de 15 keynotes, 25 pitch de startups et de nombreuses tables rondes, le public a pu découvrir les technologies en train de façonner le monde de demain et les enjeux qu’elles soulèvent. Au programme : impression 3D, médecine personnalisée, nanotechnologies, big data, robotique, hardware, objets connectés, smart cities, drones, etc.

Parmi les speakers comptaient Massimo Banzi (Arduino), Demis Hassabis, le “génie” de l’intelligence artificielle (Deepmind), Bill Liao (CoderDojo, SOS Ventures), le professeur Mark Post, inventeur de la viande artificielle (Université de Maastricht), et de nombreuses personalités françaises telles que Gilles Babinet (Commission Européenne), Romain Lavault (Partech Ventures), Claudie Haigneré et Joël de Rosnay (Universcience).

L’Europe faisant aujourd’hui face à des perspectives moroses, les innovations de rupture représentent des leviers de croissance pérennes, que le HTC cherche à consolider. En ce sens, pour Axelle Lemaire, secrétaire d’État au Numérique :

« Hello Tomorrow a été un grand moment d’énergie partagée et de découverte. À l’heure où certains doutent de la capacité de l’Europe à se réinventer, les talents réunis au HTC ont démontré leur envie et leur volonté d’en faire un territoire majeur d’innovation et de création dans le monde. Bravo ! »

Alors que le “French bashing” est devenu monnaie courante dans la presse internationale, l’objectif du HTC était de démontrer la capacité de la France à se placer au coeur de l’écosystème international de l’innovation et devenir une terre “d’espoir, de rêve et d’énergie”, selon l’aveu de ses participants. À l’origine du projet de G-Therapeutics, gagnant de la compétition, le professeur Courtine a salué l’initiative, déclarant qu’il ne “pensait pas que cela puisse exister en France.”

Pour Gildas Sorin, expatrié en Allemagne et PDG de Novaled, racheté par Samsung pour plusieurs centaines de millions d’euros en 2013 :

“le Hello Tomorrow Challenge contribue à donner une bien meilleure image de la France quand, vue de la lunette d’un expatrié, il ne perçoit trop souvent que pessimisme, moral au plus bas, et repli sur soi.”

Le temps fort de la journée a été atteint lors du discours de clôture de Demis Hassabis, fondateur de Deepmind, startup rachetée par Google en janvier 2014 pour une somme encore non révélée au public, pour l’une de ses rares sorties publiques. Après avoir présenté Deepmind, ce dernier a partagé sa vision de l’entrepreneuriat et donné une série de conseils destinés aux participants les plus jeunes pour que ces derniers puissent “changer le monde.”

Selon Xavier Duportet, fondateur et président du Hello Tomorrow Challenge, cette initiative doit permettre de

“créer une dynamique pluridisciplinaire de l’innovation, un écosystème international décloisonné où scientifiques, ingénieurs, makers, entrepreneurs, ‘marketers’ et financiers se rencontrent, dialoguent et mettent leurs compétences en commun pour valoriser les technologies de rupture créées dans les laboratoires.”

Pour mener à bien ce projet, Xavier Duportet a bénéficié du soutien d’une équipe de quinze volontaires de moins de 30 ans, incarnant la richesse des profils composant l’écosystème de la capitale : ingénieurs (AgroParisTech, CNAM, MIT, Stanford), chercheurs (Institut Pasteur, Institut Curie, INRIA), profils business (HEC, EM Lyon, Sciences Po) et journalistes / blogueurs.

L’équipe organisatrice a privilégié les partenaires français afin de leur permettre de bénéficier de passerelles avec l’écosystème international des startups. De nombreux grands groupes tels que Orange (partenaire global), Total, Axa, Airbus mais aussi Michelin, GRTgaz, Saint Gobain et BETC ont ainsi accompagné le HTC, tout comme des institutions publiques : INRIA, CEA, INSERM Transfert, Bpifrance, la FrenchTech et Universcience.

Suite au succès de cette première édition, le Hello Tomorrow Challenge souhaite se pérenniser et se développer sur d’autres continents ; une seconde édition, d’envergure mondiale, est à l’étude pour l’année prochaine.

“Le Hello Tomorrow Challenge donne l’impression à un européen qui a émigré aux US (pour étudier et travailler), le sentiment merveilleux que mon continent d’origine est en train de rattraper son retard, et qu’il rejouera bientôt un rôle primordial dans l’économie mondiale, grâce à des idées innovantes et à un écosystème qui se renouvèle.”

Max Versace, professeur à Boston University

“Ce voyage excitant avec les explorateurs de demain était un rai de lumière dans un ciel nuageux. Oui, je crois que la force et le talent de ces explorateurs déclenchera une renaissance dans notre vieux continent.”

Dominique Bellet, professeur à l’Institut Curie

“Hello Tomorrow Challenge , un enthousiasme communicatif, des jeunes chercheurs entrepreneurs, talentueux, créatifs et convaincants, une atmosphère improbable où l’avenir se réalise dès aujourd’hui. Un moment inspirant pour un établissement tel qu’Universcience, au service de la science et de la technologie. Merci et bravo ! »

Claudie Haigneré, scientifique, spationaute et femme politique française, présidente d’Universcience.

Suivez-les sur @hellotmrc – www.hello-tomorrow.org

About The Author:

Sean Luzi
Sean Luzi
Vice-président du CJE, conférencier et auteur de "Entrepreneurs, mobilisez vos ressources émotionnelles" (Dunod Janv. 2014). Fondateur du magazine digital emosapiens.com, expert sur divers médias business (LesEchos.fr, RHinfo, JDN Management et JDN Business...) et intervenant 100000 Entrepreneurs.

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*