Chaque semaine, Laurent, cofondateur du CJE et de l’agence Josiane, devient chroniqueur radio sur RCP.

 

Laurent débute sa chronique par le mot du début, il la finit par le mot de la fin pour débuter la chronique suivante par le mot de la fin qui devient le mot du début.

Excusez le « ton parlé ». C’est une chronique radio. Extrait vidéo à retrouver plus bas.

1ère chronique. Le changement.

« Ce mot là a permit à des communicants de relancer des marques. Ce mot là a permit à des entreprises de gagner des parts de marché. Et surtout ce mot là a fait gagner des campagnes électorales. Le « changement ». Tous nous rabâchent la même chose depuis des lustres et abusent d’une certaine façon de ce vocabulaire qui ne fait plus effet finalement. Surtout depuis 2 ans, je crois que nous avons compris la leçon.
Giscard d’Estaing et Pompidou avec « Le changement dans la continuité », Obama avec « Change we can believe in », Renault avec « Changeons de vie, changeons d’automobile », et le paroxysme « Le changement c’est maintenant ». Sauf que maintenant c’est pas tout de suite.
Ils ont compris que c’était tellement la crise, que nous avions tellement des vies de merde qu’il fallait donner l’illusion qu’on allait changer les choses.
Nous sommes aujourd’hui au beau milieu d’un moment historique pour notre planète. La révolution de l’information et de la communication bat son plein depuis 20 ans. Tout s’accélère. Mais ce n’est pas encore une vraie révolution industrielle. Pourquoi ? Parce que nous baignons encore aujourd’hui dans cette 2ème révolution industrielle qui, comme toute révolution industrielle, s’appuie sur une énergie. En l’occurence une énergie fossile : le pétrole. On a encore malheureusement les deux pieds bien englués dans cet or noir qui nous empêche d’avancer, d’évoluer, de progresser, de voir. Notre système entier, au niveau politique, économique, industriel repose sur cette considération du monde, celle d’un monde centralisé, vertical et s’appuyant en grande partie sur cette seule énergie fossile dont les ressources sont amenées à disparaitre.
Et on le voit bien, comment ne peut on pas ouvrir les yeux ? L’humanité est dans l’impasse, dans une voie sans issue, l’homme court lui-même vers sa propre extinction.
Le chômage est au plus haut, le niveau de vie est au plus bas, 1/7ème de l’humanité – 1 milliard de personnes – a faim en allant se coucher, les états sont surendettés, la crise n’est pas seulement financière c’est avant tout une crise énergétique/industrielle (60 jours avant l’éclatement de la crise des subprimes le cours du pétrole était à 147$, son record), le climat est complètement déréglé.
Notre planète nous dit STOP. Finalement 2008 a été ce que des gens comme Rifkin appellent le « pic de mondialisation ».
Mais personne ne le voit. Personne ne fait rien. Et encore moins ceux qui disent qu’ils vont changer les choses. Il faut arrêter de dire, il faut faire. Il faut agir. Et pour ça il faut se réveiller. Et tout ce que je vois passer depuis 2 ans comme indice de cet envie de changement au niveau politique c’est de la réformette. Il n’y aucune réforme qui soit suffisamment profonde pour réellement faire évoluer les choses dans le bon sens. Les réformettes ne suffisent plus. On a besoin de comprendre une notion essentielle : la notion de progrès. Pour cela il faut regarder, écouter, comprendre ce qui se passe dehors. Et aujourd’hui en 2014, le progrès il nous dit une chose : il nous dit d’arrêter ces chamailleries politiques dignes de la cour de récréation. Il nous dit de se concentrer sur une nouvelle tâche : celle de changer en profondeur le système, de changer comment nous appréhendons la politique (et ce n’est pas en votant Marine Le Pen ou en écoutant le dépotoir idéologique de Zemmour que cela se passera), de changer notre façon de produire de l’énergie, de changer notre façon de créer de la valeur. Bref de faire ce qui est là, devant nous. Ce sera mon mot de la fin. La révolution. »

 

About The Author:

Alina Coliban
Alina Coliban
Vice présidente et ambassadrice du CJE

One Comment

  1. métier référenceur web 17 novembre 2014 10 h 16 min / Reply

    Excellent article, je suis très sensible à ce genre d’infos

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*